Ne laissez pas la grippe vous prendre en grippe !

La grippe est très contagieuse et se transmet par les gouttelettes microscopiques qu'une personne contaminée propulse à grande vitesse dans l'air en toussant ou en éternuant.

L'épidémie annuelle de grippe débute la plupart du temps en novembre et se prolonge jusque février mars avec des pics plus ou moins important.

L'organisation mondiale de la santé (OMS) effectue en permanence un suivi très serré des épidémies de grippe et suit de près l'évolution des différentes souches virales identifiées

qui ont comme particularité de muter très rapidement.

Ces mutations rapides et importantes des virus de la grippe rendent actuellement impossible une immunisation de longue durée, comme par exemple pour la coqueluche et le tétanos.

C'est pourquoi il est recommandé à certaines personnes plus à risque de se faire vacciner chaque année.

Comment sait-on si c’est un rhume ou une grippe ?

Un rhume commence bien souvent par un nez bouché ou un nez qui coule, et qui s’accompagne de maux de tête dus généralement à la congestion nasale. On se sent faible, fatigué, fiévreux et parfois courbatu, mais ces symptômes sont de faible intensité. On peut se sentir mou et patraque pendant une dizaine de jours, mais même si on ne fait rien de particulier pour diminuer les symptômes, la guérison est spontanée. 10 jours, c’est à peu près la durée de vie d’un virus du rhume dans l’organisme. Un rhume peut s’attraper jusqu’à 10 à 12 fois par an, car les virus du rhume sont très nombreux et très actifs surtout lorsque le temps est froid et humide.

Même si certains symptômes sont les mêmes que ceux du rhume, la grippe est beaucoup plus agressive. Le malaise brutal provoqué par la grippe vous cloue au lit en quelques heures et pour plusieurs jours. Vous souffrez de maux de tête, de courbatures, de douleurs musculaires intenses ; la fièvre est très élevée ; vous êtes intensément fatigué et d’une extrême faiblesse. Les symptômes de la grippe sont donc beaucoup plus soudains et intenses que ceux du rhume. La grippe ne s’attrape en général qu’une seule fois par an, car on acquiert une immunité relative,  les virus qui la caractérisent sont moins nombreux, et leur mutation est saisonnière.

Quels sont les traitements et que faire pour diminuer les symptômes ?

En ce qui concerne le rhume, il n’existe aucun traitement contre les virus qui en sont la cause. Ceux-ci étant bénins, les conséquences sont également bénignes. On agira principalement sur les symptômes en prenant si nécessaire des antidouleurs et antifièvre, des gouttes et des solutions de lavage pour les fosses nasales afin d’améliorer le confort et maintenir un meilleur état général pour mener à bien ses activités quotidiennes.

Il existe depuis plusieurs années des médicaments antiviraux oraux contre la grippe. Cependant pour que ceux-ci soient efficaces, ils doivent être pris dans les 48 heures qui suivent les premiers symptômes. Pris trop tard il aidera peut-être à limiter les symptômes, mais il se révèlera moins efficace sur l’activité du virus. En dehors de ce traitement qui doit être prescrit par votre médecin, il est conseillé de rester chez soi afin de ne pas contaminer son entourage et de se reposer le plus possible jusqu’à ce que l’on se sente à nouveau d’attaque. Il est bon d’agir également sur les symptômes comme dans le cas d’un rhume pour améliorer son état général pendant la période de convalescence.

Quelles sont les personnes qui risquent le plus de souffrir des conséquences de la grippe ?

Pour certaines personnes dites à risque, il est fortement conseillé d’éviter l’automédication et de consulter son médecin traitant pour envisager de se faire vacciner contre la grippe saisonnière.

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande vivement à certains groupes de population de se faire vacciner :

  • les personnes qui risquent de développer des complications a savoir :
    • Les femmes enceintes au deuxième et troisième trimestre de leur grossesse
    • Tout patient à partir de l’âge de 6 mois souffrant d’une maladie du diabète d’affections chroniques des poumons, du cœur, du foie, des reins, ou des muscles. Les personnes présentant un déficit immunitaire naturel ou induit.
    • Toute personne de plus de 65 ans
    • Les personnes séjournant dans une institution hospitalière ou en maison de repos et de soins.
    • Les enfants  de 6 mois à 18 ans soignés au long cours par de l’aspirine.
  • Les personnes qui risquent d’être contaminées et de contaminer leur entourage à savoir :
    • le personnel actif dans les soins de santé.
    • les personnes vivant sous le même toit que des personnes concernées du premier groupe ou vivant avec des enfants de moins de 6 mois.

Le Conseil Supérieur de la Santé indique également que le vaccin peut être bénéfique pour les personnes à partir de 50 ans, en particulier s’il s’agit de fumeurs, de personnes buvant de grande quantité d’alcool ou de personnes présentant une surcharge pondérale importante.

 

Ce dossier vous est offert par votre pharmacien.

Il ne remplace pas le conseil de votre médecin et/ou de votre pharmacien.

©Ce document ne peut pas être reproduit sans accord écrit préalable de M.W.S. : Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.